Accès direct au contenu

EDHEC Business School EDHEC Family Business Centre

View this page in english EDHEC Business School version PDF

Les publications de l'EDHEC Family Business Centre



L’un des principaux objectifs de l’EDHEC Family Business Centre est de diffuser le plus largement possible les études de cas, les débats, les recherches et toute publication sur le thème des entreprises familiales.

Publications sur les entreprises familiales et documents de travail


The evolution of entrepreneurship research in family businesses: Three decades in review and future outlook
BERNANDON R, LABAKI R. from EDHEC Business School (2016)

Social Innovation in the family business: The Next Generation Perspective
LABAKI R. from EDHEC Business School (2016)

Analyzing the emotional dimension in the family business: Methodological framework and research insights
LABAKI R. from EDHEC Business School (2016)

The Janus-Face of CEO Retention: CEO Succession & Performance under Unity of Ownership & Control
UHLANER L. from EDHEC Business School (2016)

Family-oriented goals and the family firm's debt rate: The mediating effect of family board representation
UHLANER L. from EDHEC Business School (2016)

Responsible ownership in the privately-held family and non-family firms
UHLANER L. from EDHEC Business School (2016)

La Holding au service de la transmission des entreprises familiales : un cadre satisfaisant mais encore imparfait.

ROQUILLY C. d’EDHEC Business School (2015)
[Texte en entier]

Extrait
Dans un contexte où les créateurs d’entreprises familiales doivent veiller à la pérennité de l’entreprise, et où le droit n’est pas caractérisé par une grande stabilité, cette étude présente la holding comme une structure juridique comprenant de nombreux avantages, notamment celui d’inciter et de faciliter la transmission de l’entreprise familiale bien qu’il existe encore certaines rigidités limitatives.

L'endettement des entreprises familiales : vers un nouveau paradigme ?
FOULQUIER F. d’EDHEC Business School (2015)
[Texte en entier]

Extrait
Déterminer le niveau optimal d'endettement relève de la quête du Graal depuis de nombreuses décennies. Dans le contexte de la crise financière et économique depuis 2008, de nombreuses sociétés familiales en quête de croissance se sont retrouvées confrontées à une problématique structurante : les caractéristiques intrinsèques familiales justifient-elles un niveau d'endettement structurellement inférieur à celui observé chez leurs pairs non familiaux ? Au regard du niveau actuel historiquement bas des taux d'intérêts, les entreprises familiales sont-elles suffisamment endettées ?

Linking Bonding and Bridging Ownership Social Capital in Private Firms: Moderating Effects of Ownership-Management Overlap and Family Firm Identity
Uhlaner L. from EDHEC Business School with Matser I., Berent-Braun M. and Flören R. from Nyenrode Business Universiteit, Breukelen, Netherlands (2015)
[Texte en entier]

Family Firms and Performance: Where Do We Stand?
Prof. Florencio Lopez-de-Silanes et Dr. Timothée Waxin (Septembre 2014)
[Texte en entier]

Extrait
Bien que les entreprises familiales constituent la forme dominante de contrôle des sociétés dans le monde, relativement peu est connu quant à leur performance. Nous réalisons un examen systématique de la littérature académique sur la performance comparative des entreprises familiales dans les champs de la finance et du management, ainsi qu’une évaluation de la robustesse des résultats. Notre recherche démontre que les études fournissent des effets contradictoires, à la fois positifs et négatifs. Nous identifions les raisons potentielles de ces divergences afin de mieux interpréter les résultats observés. Deux tendances émergent de notre analyse. D’une part, les entreprises dans lesquelles les fondateurs exercent un rôle représentent une large part de la performance relative positive des entreprises familiales observée dans la littérature. D’autre part, les entreprises familiales avec mécanismes de renforcement du contrôle et situées dans des pays à faible protection des investisseurs sous-performent. Ces observations démontrent qu’un actionnariat familial fondateur et une amélioration des mécanismes de gouvernance peuvent aider les entreprises familiales à améliorer leur performance, leur valorisation, ainsi que leur accès au financement.


Opening the Black Box: Internal Capital Markets and Managerial Power
Journal of Finance, LXVIII, (4)
Lopez-de-Silanes, F. (with M. Glaser and Z. Sautner) (2013)
[Texte en entier]

Extrait
Dans cet article, nous analysons les activités de marché internes d’un conglomérat multinational en utilisant de nouvelles séries de données sur les financements existants ou à venir attribués à des composantes commerciales. On démontre que les managers les plus puissants parviennent à obtenir des financements plus importantes et accroissent ainsi les investissements qu’ils effectuent par rapport à leurs confrères moins puissants. Notre étude suggère que l’attribution de plus grandes sommes d’argent aux managers plus puissants relève d’une répartition inefficace du capital au niveau interne. Nos résultats apportent une meilleure compréhension des tensions générées par le processus d’allocation des finances au sein de l’entreprise et montre une voie dans laquelle le pouvoir mène à une distribution inefficace du capital.


The Law and Economics of Self-Dealing
Lopez de Silanes, F. (with Djankov, R. La Porta and A. Shleifer) (2007)
[texte en entier]

Extrait
Dans ce document, nous présentons un nouvel outil de protection juridique des actionnaires minoritaires contre l’expropriation par les initiés d’entreprise : l’indice contre les opérations entre initiés. Mis au point avec l’aide du cabinet juridique Lex Mundi, cet indice est calculé pour 72 pays sur la base de lois en vigueur en 2003 et se concentre sur les mécanismes internes de contrôle, par exemple la divulgation d’information et les litiges ou la manière de gérer les transactions spécifiques entre initiés. Cet indice ancré dans la théorie prédit une variété de résultats de marchés, et obtient généralement plus de succès que l’ancien index contre les droits des dirigeants.

Investor Protection and Corporate Valuation.
Journal of Finance, LVIII , (3)
Lopez-de-Silanes, F. (with R. La Porta, A. Shleifer, and R. Vishny) (2002)
[Texte en entier]

Extrait
Dans cet article, nous utilisons des données sur la structure du capital de grandes entreprises dans 27 économies riches afin d’identifier qui sont les véritables actionnaires majoritaires de ces entreprises. Sauf dans les pays où la protection des actionnaires est excellente, on découvre que le nombre d’entreprises détenues par un grand nombre d’actionnaires est relativement limité, contrairement aux représentations de l’actionnariat des entreprises modernes présenté par Berle et Means. Ces entreprises sont plutôt contrôlées par des familles ou par l’Etat. Le contrôle des établissement financiers est beaucoup plus rare. Grâce à leur apports financiers, les actionnaires majoritaires détiennent une pouvoir exagéré sur des entreprises ,ce qui se traduit tout d’abord par l’utilisation de pyramides et par une contribution au management.

Corporate Ownership Around the World.
Journal of Finance, LIV , (2), 471-517
Lopez-de-Silanes, F. (with R. La Porta, A. Shleifer) (1999)
[Texte en entier]

En savoir plus sur :


Les Intervenants de l'EDHEC Family Business Centre
Les Perspectives de l'EDHEC Family Business Centre
Les Programmes de formation des cadres pour les entreprises familiales
Les Evénements de l'EDHEC Family Business Centre


  • RSS
  • facebook
  • Linkedin
Suivez-nous sur